Village / Où allons-nous ? / Evergreen et les dérives du progressisme
12.07.2019
Evergreen et les dérives du progressisme

Une vidéo raconte les dérives idéologiques d'une université américaine



Sous couvert d'antiracisme, le campus Evergreen a instauré un régime de la terreur discriminant les Blancs.

Une réalisation vidéo qui résume en français les événements advenus à l'Université d'Evergreen, aux États-Unis, connaît un succès fulgurant. Mis en ligne le 8 juillet 2019 sur YouTube, le documentaire de 52 minutes intitulé «Evergreen et les dérives du progressisme» a déjà été consulté quelque 80'000 fois à l'heure où nous écrivons ces lignes. Cette vidéo tire ses images d'archives datant de 2017, tournées par des élèves et des enseignants à l'Evergreen State Campus, dans l'État de Washington, et son éditeur y ajoute une traduction française, une analyse et des commentaires personnels.

La vidéo en question



De quoi s'agit-il? Dans cette université de tradition progressiste, le parti pris a été de laisser carte blanche aux professeurs. Si ce système a permis de jouer un rôle d'incubateur et d'explorer une certaine créativité, il a dégénéré à partir du moment où le nouveau directeur, George Sumner Bridges, a pris ses fonctions en 2015. Décidant d'attribuer un nouveau comité d'éthique chargé de veiller à ce que l'équité soit respectée dans le campus, notamment en matière de discrimination raciale, de genre ou d'identité sexuelle.

Ayant reçu les pleins pouvoir de la direction, ce nouvel ordre moral a dicté une idéologie autoproclamée antiraciste, dérivant de la théorie de l'intersectionnalité, faisant régner la terreur pour toute personne cherchant à contredire la manière de veiller à l'équité.

Des professeurs humiliés

Dans la vidéo, on aperçoit notamment des scènes d'enseignants humiliés par des étudiants les encerclant et les insultant en les empêchant de se défendre de l'accusation de racisme proférée à leur encontre. À Evergreen, un enseignant, Bret Weinstein, a notamment dû démissionner, car son intégrité corporelle ne pouvait plus être garantie par la police du campus.

Sa faute? Avoir envoyé un e-mail de protestation contre la nouvelle directive proposée pour le day off, une journée où les «personnes de couleur (littéralement traduit de l'expression «people of color», utilisée là-bas)» ne viennent pas au campus pour montrer le rôle qu'elles jouent dans la société. Cette nouvelle directive demandait aux Blancs, élèves et enseignants, de rester chez eux.

Bret Weinstein, voyant une différence de taille entre la volonté propre d'une communauté de manifester par son absence et l'interdiction de fréquenter un lieu dictée à une communauté, a souligné l'impossibilité de la prétention antiraciste de la directive discriminant des personnes en fonction de leur couleur de peau. Dès ce moment, il a connu un bashing d'étudiants militants et n'a été soutenu ni par la direction ni par ses collègues.

Les Blancs coupables par nature

On apprend aussi que des pratiques discriminantes, comme le fait de réserver la nourriture, les tables et les chaises en priorité pour les «personnes de couleur», étaient tolérées.

Parallèlement, des enseignants de plus en plus radicaux étaient invités à dispenser des cours à Evergreen, notamment la sociologue Robin DiAngelo (dont le livre best-seller est ici présenté par Slate.fr en français), affirmant en substance que toute interaction sociale est teintée de racisme, que tous les Blancs sont par nature complices d'une supposée «suprémacie blanche» ou encore que la question n'est pas de savoir «si c'était raciste» mais «comment ça l'était».

Une autre enseignante va même jusqu'à affirmer que demander aux «personnes de couleur» comment elles subissent le racisme en détail était du «racisme avec un grand R».

Suite à ces événements, les inscriptions à l'Université d'Evergreen ont chuté de 25%, passant à quelque 3000 étudiants en 2018 pour plus de 4000 en 2014.

source




6 commentaires
 
22.10.2016
Attaque DDoS massive 21/10/16

source: thehackernews.com

Comment une armée de millions d'appareils piraté on presque brisé Internet aujourd'hui.

Les cyber-attaques sont le pire cauchemar des entreprises, et le déni de service distribué (DDoS) est l'une des attaques qui causent les dommages les plus massif aux systèmes informatiques.

Récemment, Internet a connu l'une des plus grande attaque DDoS (de plus de 1 Tbit) contre un fournisseur d'hébergement basé en France, OVH, et aujourd'hui, la dernière victime d'une de ces attaques n'est autre que le fournisseur de DNS "Dyn".

Une panne soudaine de sites et services populaires, y compris Twitter, SoundCloud, Spotify et Shopify, pour de nombreux utilisateurs, et est à l'origine tollé en ligne. La cause en est une attaque DDoS contre le populaire fournisseur de services (DNS) Dyn, selon un post sur YCombinator.

Les DNS agissent comme référence faisant autorité pour les noms de domaine de mappage des adresses IP. En d'autres termes, le DNS est tout simplement le répertoire téléphonique d'un Internet qui résout les adresses IP en textes lisibles par l'homme, comme thehackernews.com. (au lieu de 104.28.10.26)

Dyn DNS est utilisé par de nombreux sites et services, y compris Twitter, Spotify, SaneBox, Reddit, Box, Github, Zoho CRM, PayPal, Airbnb, Freshbooks, Wired.com, Pinterest, Heroku et Vox Media.

Tous ces sites et services sont informé avoir connu des pannes et des temps d'arrêt partiels ou complets.



Selon Dyndns, le DDOS a commencé à 11:10 UTC et affecte principalement ses clients dans la côte Est des États-Unis.

«Nous sommes conscients de l'interruption de service continu de notre réseau de DNS. Pour plus d'information, visitez notre page d'état," Dyn twitter.

Pour le moment, rien est certain sur l'origine de l'attaque DDoS, mais l'entreprise indique que ces ingénieurs travaillent pour le moment au rétablissement du service.

Voici le communiqué publié par Dyn sur son site Internet:

"Cette attaque impact principalement les États-Unis et a des répercussions sur les clients DNS gérés dans cette région. Nos ingénieurs continuent de travailler sur le rétablissement du service.

À partir de 11h10 UTC le 21/10/16 nous avons commencé à surveiller et à atténuer une attaque DDoS contre notre infrastructure DNS. Certains clients peuvent avoir accru la latence de requête DNS et la propagation de la zone retardée pendant ce temps. Les mises à jour seront affichées à titre d'information des qu'elles seront disponibles.

Les clients ayant des questions ou des préoccupations sont encouragés à contacter notre équipe de support technique."


Technologie, Cyber


1 commentaire
 
Village / Le Bar / Entraide informatique, dépannage, astuces
14.10.2016
Installation Debian avec gestionaire de fenêtre Gnome



Et voilà. Comme quoi pas plus compliqué d'installer une debian qu'un ubuntu...




Village / Où allons-nous ? / Elections américaines
11.10.2016
Donald Trump : séparer le bon grain de l’ivraie

source: galacteros.over-blog.com

[...]

"Ce n'est pas du personnage de Donald Trump qu'il est question dans cet article, mais davantage du possible président qu'il serait, plus précisément qu'il serait en tant que commandant suprême des forces américaines et garant en dernier ressort de la sécurité nationale de la première puissance au monde."

"Que Donald Trump soit une personnalité dérangeante, certes ; que l'on puisse se demander à ce titre si celle-ci convient pour présider aux destinées de la première puissance au monde, soit. Mais ne pas discuter des positionnements idéologiques des deux candidats pour ce qu'ils sont n'est guère très honnête et surtout imprudent."

"Le problème est ailleurs : si Donald Trump venait à l'emporter (et bien des erreurs du candidat semblent repousser cette éventualité, même si rien n'est encore joué...), pourrait-il vraiment mener une politique sur les lignes idéologiques qu'il a défendues pendant la campagne ?"

"On peut largement en douter, en rappelant par exemple que Georges W. Bush fut élu en 2000 après une campagne marquée par isolationnisme certain. On sait ce qu'il en fut ! On sait aussi que l'invasion de l'Irak ne fut pas planifiée en 2001 suite aux attentats du World Trade Center, mais dès la fin des années 1990... sous son prédécesseur. Il n'est absolument pas à exclure que les néoconservateurs des deux bords, que le « parti de la guerre », surtout, dans une période aussi troublée que celle que nous vivons, pousse rapidement le président Trump à s'aligner sur des positions plus classiques."

[...]

"Donald sera-t-il le Andrew Jackson des Etats-Unis ? L'avenir le dira et, déjà, à court terme, encore doit-il l'emporter face à Hillary Clinton. Un point néanmoins sur l'Europe. Il est en effet probable que toutes choses égales par ailleurs, notamment le nanisme stratégique des grands Etats européens, un isolationnisme soft de Donald Trump ne suffirait pas à remettre l'Europe sur le chemin de l'histoire comme par miracle . Hadrien Desuin a raison sur ce point. L'isolationnisme américain ne pourrait être une chance qu'à la condition que l'Europe connaisse un changement brutal et décisif de direction pour sortir de l'idéologie post-nationale qui la maintient depuis des décennies dans un état comateux. Un tel changement ne peut venir que de Paris. Et certainement pas sans Moscou. C'est seulement dans la perspective d'une volonté française d'inflexion stratégique majeure et de prise en main de la défense de notre continent que Donald Trump pourrait être une meilleure solution qu'Hillary Clinton. Nos dernières gesticulations diplomatiques à l'ONU sur la situation à Alep n'augurent pas d'une telle prise de conscience, encore moins d'une quelconque vision réaliste, structurée et ambitieuse. Enfermés dans un moralisme assez indécent et surtout parfaitement inefficient, nous paraissons bien loin d'un tel réveil."


Politique, Géopolitique, Empire US, Europe


Village / Où allons-nous ? / Diplomatie Française
11.10.2016
Guerre en Syrie

source: lefigaro.fr

Il y a d'autres sujets qui traitent de la Syrie sur ce site, notamment "observatoire des guerres", seulement ce sujet mérite d'être traité à part.

Je vais publier ici un article que je partage totalement sur l'esprit, et la forme en ce qui concerne les relations actuelles entre la France et la Russie au sujet de la Syrie.

Je conseil à ceux qui ne comprennent pas bien la situation actuelle à Alep et seraient tenté d'accuser la Russie de tous les maux, de le lire avec attention.

Caroline Galactéros : « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »

Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu'elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l'on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l'Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame - à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l'ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l'arrêt des combats et des bombardements sur l'est de la ville (dont elle feint de croire qu'il n'est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l'acheminement de l'aide humanitaire et la reprise du processus de négociation.

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d'Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l'OTAN, appellent ouvertement de leurs voeux? S'agit-il d'une nouvelle salve d'irénisme aveugle et de «pensée magique», funeste version 2016 de «Boucle d'or au Pays des trois ours» découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique? Ou d'une gesticulation habile mais dangereuse qui n'a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s'affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l'alignement sur ce que l'on présente comme «le camp du Bien» ...et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant.

[...]

Suite : ici


Géopolitique, Politique, Europe, France


6 commentaires
 
 
 

 11.07.2021 - 09h56
 12.09.2019 - 01h43
29.07.2019 - 22h02
 24.07.2019 - 16h08
12.07.2019 - 16h27
12.07.2019 - 16h19
 22.10.2016 - 17h56
 11.10.2016 - 22h23
 11.10.2016 - 19h42
 05.10.2016 - 20h44

Archives du blog

2021
  (4)juillet  (4)

2020
  (3)août  (3)
  (3)juin  (3)
  (2)mai  (2)
  (2)mars  (2)

2019
  (1)novembre  (1)
  (7)septembre  (7)
  (6)juillet  (6)

2016
  (10)octobre  (10)
  (3)septembre  (3)

2015
  (2)mai  (2)

2014
  (9)mars  (9)
  (4)janvier  (4)

2013
  (4)octobre  (4)
  (3)août  (3)
  (6)mai  (6)
  (8)mars  (8)
  (2)janvier  (2)

2012
  (7)décembre  (7)
  (6)novembre  (6)
  (5)octobre  (5)
  (10)septembre  (10)
  (5)août  (5)
  (9)juillet  (9)
  (9)mai  (9)
  (13)avril  (13)
  (12)février  (12)
  (28)janvier  (28)

2011
  (9)décembre  (9)
  (2)octobre  (2)
  (8)septembre  (8)
  (4)juin  (4)
  (10)mai  (10)
  (2)avril  (2)
  (8)janvier  (8)

2010
  (6)décembre  (6)