Guerre en Syrie - Commentaires


xo
2976 messages
81 articles
 


13.10.2016 - 20h36

Alors qu'en France, notre président insulte ses propres instances judiciaires tout en étalant sa vie privée dans un livre fabuleux et constructif, Poutine explique sa position sur son annulation de visite à Paris, et les récentes accusations Françaises portées par le valeureux et courageux Jean-Marc Ayrault.........



xo
2976 messages
81 articles
 


13.10.2016 - 20h46

Armée Syrienne Libre



source: romandie.com

Rappel de la position Russe en 2012 qui n'a pas changée d'un iota... Je ne ferai pas de comparaisons avec la position occidentale, ça serait malsain. :

xo a écrit:
MOSCOU (Russie) - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé mercredi la position des Etats-Unis à l'égard de l'opposition syrienne comme étant une justification du terrorisme, accusant Washington de ne pas avoir condamné l'attentat du 18 juillet à Damas.


(Attentat revendiqué par l'ASL, considéré comme gentils rebelles par les USA et leurs alliés...)

C'est une position assez horrible, a déclaré M. Lavrov en évoquant cet attentat dans lequel plusieurs hauts responsables du régime syrien ont été tués.

Je n'arrive même pas à trouver les mots pour formuler notre position à ce sujet. C'est une justification directe du terrorisme, a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Le chef de la diplomatie russe a critiqué l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Susan Rice, affirmant qu'elle avait déclaré après l'attentat de Damas que le Conseil de sécurité de l'ONU devait voter une résolution imposant des sanctions à la Syrie, à laquelle Moscou a mis son veto la semaine dernière.

En d'autres termes, cela signifie que 'nous' (les Etats-Unis) allons continuer de soutenir de tels actes terroristes aussi longtemps que le Conseil de sécurité ne fait pas ce que nous voulons, a déclaré M. Lavrov.

La Russie, partenaire de longue date du régime syrien auquel elle livre des armes, a bloqué la semaine dernière une troisième fois une résolution occidentale au Conseil de sécurité de l'ONU menaçant Damas de sanctions.

Ces dernières semaines, Moscou a pris ses distances avec le régime de Bachar al-Assad, sans pour autant infléchir son opposition de principe à toute politique d'ingérence.

La Russie affirme défendre le respect du droit international. Lundi, le président Vladimir Poutine a mis en garde contre une guerre civile de longue durée en Syrie si le président Assad était démis de ses fonctions de manière inconstitutionnelle.

©AFP / 25 juillet 2012 12h46


xo
2976 messages
81 articles
 


13.10.2016 - 21h41

Résumé de l'interview tronquée de Poutine hier soir 12/10/16 sur TF1.



source: fr.sputniknews.com

La trêve en Syrie :
« Finalement, nous avons accédé à leurs désirs, nous avons accepté et le 12 septembre a été décrété jour de silence, d'arrêt des combats. Mais le 16 septembre, l'aviation américaine a frappé l'armée syrienne en faisant 80 morts ».

La frappe de la coalition internationale dirigée par les USA :
« Au même moment, tout de suite après la frappe aérienne, Daech -- là il s'agit déjà de Daech -- est passé à l'offensive sur ce tronçon-là. Nos collègues américains nous ont dit que c'était une frappe par erreur. Mais cette erreur a conduit à la mort de 80 personnes. C'est la première chose. Et la deuxième chose, c'est que c'est peut-être aussi par hasard que Daech est passé à l'offensive tout de suite après ces frappes »

La situation humanitaire à Alep :
« Nous tous, en revenant à Alep, parlons de la nécessité de faire passer les convois humanitaires. Tout le monde essaye de nous convaincre qu'il faut le faire. Mais il ne faut pas nous convaincre, nous sommes du même avis, nous pensons qu'il faut organiser un convoi humanitaire. [...] ».

L'accord avec Bachar al-Assad :
« Nous nous sommes mis d'accord avec le président Assad, il a accepté d'emprunter la voie de l'adoption d'une nouvelle constitution et à organiser des élections sur la base de cette constitution. Or, on ne parvient à en convaincre personne »

Crise migratoire :
« Toute accusation contre la Russie selon laquelle elle porterait la responsabilité du problème des réfugiés est absolument infondée. Notre objectif consiste justement à faire en sorte de créer les conditions de retour des gens chez eux »

Source et article complet : Sputnik.


xo
2976 messages
81 articles
 


13.10.2016 - 22h44

Syrie. Un Vannetais raconte l'enfer de la guerre à Alep



source: ouest-france.fr

Nul part, cet humanitaire courageux ne fait mention de la Russie, mais bien des djihadistes soutenu par nos beaux pays occidentaux.

Extrait :

[...]

- Journaliste : Y a-t-il un fossé entre ce qui se dit en France et ce que vous vivez à Alep ?

- P. Le Corf : Il y a un abysse. [...] Nous subissons les roquettes, les mortiers, les balles explosives, les bonbonnes de gaz montées en roquette... Tout ça est envoyé par le Front Al-Nosra, des terroristes affiliés à Al-Qaida que l'on appelle des rebelles modérés en Occident, alors qu'ils essaient de conquérir le territoire pour en faire un état islamique. On est pris en otages.

[...]


xo
2976 messages
81 articles
 


17.10.2016 - 21h01

Conflit mondial autour d'un gazoduc



source: businessbourse.com

"Mais que veut et que cherche tout ce petit Monde ?, ... Irak, Syrie, Libye, Yémen, Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, Russie, États-Unis, Ukraine, Europe et, enfin, la France."

[...]

"Cela débute en 1971. Dans le golfe persique, une immense poche de gaz est découverte qui couvre 20% des réserves naturelles du monde."

[...]

"2007, l'Irak étant en guerre, comme on le sait, les Qataris et les Saoudiens n'ont eu comme seule ressource que de proposer à Bachar El Assad de construire ce gazoduc en Syrie."

[...]

"Allié des Russes, El Assad a refusé ce partenariat qui allait forcément priver la Russie de son énorme atout stratégique et énergétique contre l'Europe.

Le Qatar et l'Arabie saoudite décidèrent donc, par rétorsion, de consacrer quelques milliards à la création de milices terroristes en Syrie, dans l'objectif d'aboutir à la destitution de Bachar El Assad, et dans l'éventualité que son successeur, très probablement un islamiste, accepterait comme seule obligation de sa prise de pouvoir, la construction de ce gazoduc.

Ainsi ces deux pays arabes ont financé très largement Al Nosra, branche d'Al Qaïda en Syrie, et la guerre civile a éclaté."

[...]

"Ce que n'avait pas prévu ni le Qatar ni l'Arabie saoudite, c'est que ce qui ne devait être qu'une guérilla qui, au début, a été très défavorable au régime de Bachar El Assad, allait faire naître une énormité : l'État Islamique, le califat."

"Toutes ces guerres, ces centaines de milliers de morts, ces massacres, ces attentats, ces crimes, ce barbarisme, pour la construction d'un gazoduc qui ne verra jamais le jour et dont on ne reparlera jamais plus."

© Manuel Gomez