Village / Qui sommes-nous ?
Hypersensibles, vivre avec ses différences

 


bamboo
57 messages
 


08.03.2015 - 11h52



Trop sensibles pour être heureux ? ainsi va le titre de l'ouvrage de Saverio Tomasella.

L'hypersensibilité rejoint la sur efficience mentale, créant une richesse intime mais une grande difficulté a s'inscrire dans la logique actuelle de la vie, axée sur la performance et l'adéquation de l'être au système.

Une réflexion intéressante sur le sujet de l'hypersensibilité:

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/vivre-lorsque-lon-est-hypersensible.html


bamboo
57 messages
 


09.03.2015 - 10h26

Deux ouvrages qui donnent des pistes de reflexion




Un ouvrage clef a lire absolument:

"je pense trop" de Christel Petitcolin:


Le livre commence par explorer une piste qui pourrait bien expliquer le foisonnement mental des surefficients mentaux. Il s'agit de l'hyperesthésie, qui fait tout simplement référence aux gens qui ont les sens plus développés que la moyenne.

Du fait de cette finesse de perception, les surefficients mentaux vivent les évènements de leur vie avec une intensité hors norme. A tel point qu'ils ont du mal à faire abstraction de ce qu'ils perçoivent. C'est ainsi qu'autour d'une table dans une soirée bruyante, ils peinent à saisir les paroles de leurs interlocuteurs, alors que le reste des convives y parvient aisément. Cela peut même les faire réagir brusquement : "Mais baissez-moi donc cette musique !".

Hypersensibles, les surefficients mentaux sont avides de précisions. Ils chipotent pour des inexactitudes. Ils ont également du mal à supporter les reproches et la moquerie. En situation de stress, leur mental peut même se déconnecter. Du coup leur raisonnement est mis hors jeu, laissant échapper des actes ou des mots absurdes. Et cela n'arrange pas l'image qu'ils ont d'eux même : ils se trouvent tellement stupides. C'est pourquoi ils mettent en place des mécanismes de défense qui les font passer pour froid et insensibles.

Pourtant les surefficients mentaux sont dotés d'une grande empathie : ils ressentent aisément les sentiments des autres, même s'ils aimeraient bien ne pas ressentir leur souffrance. Car cette hyperempathie leur pèse : comme la personne empathique serait la première à souffrir du mal qu'elle ferait à autrui, elle est condamnée à la gentillesse. Et cela la rends vulnérable aux manipulateurs de tout poil.


bamboo
57 messages
 


09.03.2015 - 10h28

A découvrir après ce premier ouvrage



Trop intelligent pour être heureux, Jeanne Siaud-Facchin

Comme quoi l'intelligence et l'hyper sensibilité ne mène pas forcément au bonheur

  Psychologie